Sélectionner une page

Apnée de sommeil

Apnée de sommeil

Définition

L’apnée du sommeil est un trouble de la ventilation nocturne dû à la survenue anormalement fréquente de pauses respiratoires. Ces pauses respiratoires durent par définition plus de 10 secondes (et peuvent atteindre plus de 30 secondes). Elles se produisent plusieurs fois par nuit, à une fréquence variable. Les médecins considèrent qu’elles sont problématiques lorsqu’il y en a plus de 5 par heure. Dans les cas graves, elles surviennent jusqu’à plus de 30 fois par heure.
Ces apnées perturbent le sommeil et se traduisent principalement par une fatigue au réveil, des maux de tête ou une somnolence pendant la journée.

Certaines personnes sont plus sensibles aux apnées du sommeil que d’autres:

Âge

Apnée de sommeil survient deux à trois fois plus souvent chez les personnes de plus de 65 ans

Sexe

Les hommes sont deux à trois fois plus touchés que les femmes

L’hérédité

Une personne dont un parent proche est atteint d’apnées du sommeil a 2 à 4 fois plus de risques d’en être atteint également

La circonférence du cou

Plus le cou est large, plus le risque d’apnée est élevé. Chez les hommes la circonférence ne doit pas dépasser 43 cm et 40 cm chez la femme.

Les types de l’apnée de sommeil

Il existe 3 sortes d’apnée:

Syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS)

On parle d’apnée obstructive du sommeil lorsqu’on enregistre une interruption de la respiration de 10 secondes, suite à un blocage dans les voies aériennes supérieures, tout en observant des efforts au niveau des muscles inspiratoires le tout est accompagné d’une baisse du taux d’oxygène dans le sang.
Les voies aériennes supérieures peuvent se fermer pour les raisons suivantes :

  • Les muscles du palais se détendent pendant le sommeil, ce qui empêche une quantité d’air suffisante de passer.
  • Pour une personne obèse la masse du cou rétrécit les voies aériennes en position allongée.
  • La forme du nez, du cou ou de la mâchoire créent des résistances pour le passage de l’air.
  • Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil est le type le plus répondu de l’apnée du sommeil.
L'apnée centrale du sommeil (ACS)

On parle d’apnée centrale lorsqu’on remarque un arrêt respiratoire, sans que les muscles inspiratoires ne fassent d’effort pour que la respiration s’effectue. les voies aériennes sont ouvertes mais l’air cesse de circuler vers les poumons car il n’y a aucun effort respiratoire. L’automatisme de la respiration est interrompu.
En général ce type d’apnée est rare survient surtout chez les personnes atteintes d’une affection grave, comme une maladie cardiaque (insuffisance cardiaque) ou une maladie neurologique (par exemple, méningite, maladie de Parkinson…). Elles peuvent également apparaître après un accident vasculaire cérébral ou dans les cas d’obésité très importante. L’usage de somnifères, de narcotiques ou d’alcool est également un facteur de risque.
L’ACS est très fréquente dans l’insuffisance cardiaque. L’ACS de l’insuffisance cardiaque possède des aspects spécifiques et s’appelle la respiration de Cheyne-Stokes (RCS). Les personnes souffrant d’une RCS ont une respiration cyclique anormale alternant une respiration plus profonde et parfois plus rapide avec un arrêt temporaire (apnée).
Les personnes souffrant d’une ACS ronflent rarement et par conséquent cette pathologie peut rester non détectée.

L'apnée mixte du sommeil

L’apnée mixte du sommeil est l’association des 2 mécanismes au sein d’une apnée, avec un début d’évènement central et la suite sur un mode obstructif.

Diagnostic

Le diagnostic de ce syndrome passe par une polygraphie ou polysomnographie du sommeil. Un examen qui nécessite la pose d’un ensemble de capteurs pour suivre les mouvements respiratoires, le flux aérien, l’activité cérébrale (électroencéphalogramme), celle des muscles (électromyogramme), le rythme cardiaque, la saturation sanguine en oxygène ainsi que le mouvement des yeux.
Ces données vont permettre de suivre et d’identifier les différentes phases de sommeil. Parallèlement, le rythme cardiaque, le rythme respiratoire et les mouvements des jambes sont également enregistrés afin de caractériser certains troubles ou certaines pathologies nocturnes.
Pour déterminer la sévérité de la maladie, la moyenne d’arrêts respiratoires par heure est compilée. Il est normal d’observer jusqu’à 5 arrêts respiratoires /heure. Un cas léger d’apnée du sommeil se caractérise par une moyenne d’arrêts se situant entre 5 et 15, un cas modéré entre 15 et 30.

Traitement

Le traitement des apnées du sommeil repose sur l’utilisation d’un dispositif médical à pression positive continue (PPC). Le traitement du Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) par PPC consiste à propulser de l’air sous pression dans les voies respiratoires, pendant votre sommeil. En empêchant la fermeture des voies aériennes, la pression de l’air permet une respiration régulière.

Le dispositif envoie en continu de l’air sous pression dans le masque apposé sur le nez et, éventuellement aussi, sur la bouche. L’appareil à pression positive continue peut être à :

  • Pression constante, PPC constante : la pression délivrée est la même toute la nuit.
  • Autopilotée, PPC autopilotée : la pression varie en fonction du besoin.
  • Auto-asservie, PPC auto-asservie : l’appareil a deux niveaux de pression, une pression expiratoire fixe et une pression inspiratoire variable. Il est indiqué dans les apnées centrales du sommeil ou les apnées mixtes.

Certains types d’appareils PPC intègrent des humidificateurs afin d’éviter les effets indésirables tels que la sécheresse nasale ou l’irritation de la gorge.